Cette page est un condensé de l'histoire de Vannes tiré de sites web.
Référez-vous aux liens proposés pour plus de détails, visitez les sites des auteurs.

Vannesremparts de Vannes

Nom Breton : Gwened
Devise : Da'm buhez (A ma vie)
Site : www.vannes.fr
Wiki : http://fr.wikipedia.org/wiki/Vannes

Tiens son nom de l'ancienne peuplade des Vénètes. Il s'agit d'un thème que l'on peut rencontrer un peu partout en Europe ancienne, comme ceux qui ont donné Venise, les Wendes, et qui désignent souvent des peuples marchands... Ce nom semble avoir une origine pré-celtique… Il semble vouloir dire quelque chose comme "les apparentés", ceux qui sont du même amour (L. Fleuriot), F. Bader voit plutôt le sens de "ceux qui aiment conquérir".(1)
Le nom de la ville de Vannes vient des Vénètes, un peuple de marins Gaulois qui avait construit leur capitale au creux du Golfe du Morbihan, son nom à l'époque était Daarioritum, un nom qui semble indiquer la présence d'un gué.(2)
On rencontre les appellations suivantes : cité des Vénètes, Bénétis ou Vénétis (au Vème siècle), Vénéda (en 818), Guéned ou Guenette, Vanes (vers 1300), Vennes (au XVIIIème siècle). Le terme de Vannes est en usage depuis le XVIIIème siècle.(3)

Histoire de Vannes

On situe l'arrivée des Vénètes dans le sud de l'Armorique entre - 1 000 et - 500, donc, bien après les constructions des monuments mégalithiques. Cette peuplade de Celtes a-t-elle atteint l'Atlantique après avoir essaimé sur la Vistule, puis sur la rive nord de l'Adriatique (Venise) ?(4)

L'histoire de Vannes se déploie sur plusieurs millénaires, depuis la protohistoire. Après la guerre qui les opposa aux légions de César, l’administration romaine fait de Darioritum, nom antique de la ville, la civitas des Vénètes à la fin du Ier siècle av. J.-C. sous le règne d'Auguste.
Le tumulus de Tumiac est un monument funéraire de l'époque néolithique situé au hameau de Tumiac (commune d'Arzon), sur la presqu'île de Rhuys, au sud du golfe du Morbihan. Il est aussi connu sous le nom de butte de César car, selon une légende improbable, il aurait servi d'observatoire à Jules César pendant sa guerre contre les Vénètes en 56 avant Jésus-Christ.(5)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_la_marine_fran%C3%A7aise_de_l'Antiquit%C3%A9_%C3%A0_la_Renaissanc

L'histoire du peuple vénète va ensuite se confondre avec celle de l'ensemble des peuples gaulois.
A partir de 275, Saxons et Germains envahissent la Gaule, la Vénétie s'organise : une garnison de Mauri Beneti (= Vénéti) est cantonnée à Vannes.
Au début du Ve siècle, de nouvelles invasions barbares submergent le pays : les Armoricains chassent les représentants de Rome et se confédèrent.
Après 435, les Armoricains se défendent contre les Francs, jusqu'à l'accord qui livre à Clovis tous les territoires entre Seine et Loire.
A partie de 440, l'Armorique connut l'afflux des Bretons insulaires : ceux qui s'établirent sur le territoire des Vénètes étaient sans doute des Gallois.(4) (8)

La cité gallo-romaine de Darioritum apparaît dès le 1er siècle. Elle aurait été créée après la victoire de César sur les Vénètes en l'an 56 avant Jésus-Christ. Dans cette agglomération se trouvaient un amphithéâtre et de nombreuses maisons[...] La cité s'établit en faite sur deux sites séparés par le port : la colline de Boismoreau, urbanisé entre le Ier et le IIIème siècle avec forum et basilique, et la colline du Méné, sur laquelle est construit, à la fin du IIIème siècle, le castrum qui sera la base de la ville médiévale. A la fin du IIème siècle, cette cité devient la capitale des Vénètes. Au IVème siècle, une enceinte est édifiée : elle a la forme d'un triangle ayant au sud pour limite le haut de la Place des Lices[...]Ce n'est qu'au milieu du Vème siècle, au concile d'Angers en 453, qu'on est certain de l'existence d'un évêque des Vénètes (saint Patern, premier évêque).[...]C'est dans le dernier quart du IIIème siècle que la colline du Mené est fortifié et qu'on y construit, à la hâte, une enceinte, pour se défendre contre les incursions répétées des "barbares".(3)

Au cœur d'un comté qui forme un véritable espace-frontière, la cité est conquise en 578 par le roi Waroch II qui organise le Bro Waroch, espace politique dont Vannes est la capitale, avant d’être rattachée à la Bretagne en 851. La position centrale de Vannes en Bretagne-sud confère à Vannes et à ses chefs politiques et religieux un rôle prédominant. Les comtes et évêques de Vannes sont des personnages clés de l'équilibre entre la Bretagne et la France.
Pépin le Bref prend Vannes qui doit "payer tribut au roi des Francs", et presque tous les dix ans, Vannes subit de nouvelles expéditions militaires afin de soumettre les vannetais...(5)

Saint Emilion, Vannes(56)Au VIIIe siècle, un moine breton natif de Vannes nommé Émilian choisit comme lieu de retraite Ascumbas (ancien nom du site de Saint-Émilion). Cet homme de cœur quitta sa famille et sa Bretagne natale pour entrer dans les ordres. Il fut d’abord victime des pires injustices auxquelles il répondit toujours par la plus grande bonté.(6)
Il prit la décision d’aller en Espagne visiter Saint Jacques de Compostelle, et de se retirer inconnu dans cette région pour y servir le Seigneur Dieu seul. Sur sa route, Emilion s’arrêta dans un monastère de Saintonge (région de Saintes)[...] A nouveau des envieux lui tendirent des pièges, mais le ciel aida Saint Emilion à en triompher[...]C’est alors que Saint Emilion, pour y échapper, décida de se retirer pour vivre en ermite dans la première forêt qu’il rencontrait. C’est ainsi qu’il s’arrêta dans la forêt de Combes. Le lieu de cet ermitage est devenu aujourd’hui la ville de Saint Emilion.(7)

En 820, Nominoé est reconnu par Louis le Pieux comme "prince de la cité des Vénètes".
[...]En 854, premier siège des Normands[...] Vers 918, les Vikings s'emparent de Vannes et saccagent la cité : ils brûlent la cathédrale et massacre son évêque Bili.[...] C'est alors que le trône de Bretagne passe à la Maison de Rennes, en la personne de Conan Ier et Vannes est alors incorporé au domaine ducal sous l'autorité successive de la Maison de Rennes (fin Xème siècle)[...] Pendant les années 1156-1175, Vannes est âprement disputée entre Eudon et les Anglais[...] En 1287, un tremblement de terre met à mal Vannes et sa région[...]
A la guerre de Cent ans qui oppose Français et Anglais, se greffe la guerre de succession de Bretagne, de 1341 à 1365, au cours de laquelle Vannes est assiégée et pillée [...] avant d'être occupée par les Anglais à partir de septembre 1343 et durant près de vingt ans[...] Vannes est alors prise par Du Guesclin, puis en 1379, les troupes anglaises commandées par le comte Buckingham (fils d'Edouard III et beau-frère de Jean IV) font à nouveau leur entrée à Vannes avant leur départ définitif le 11 avril 1381.[...] Dès la fin du XIVème siècle, Vannes accueille la cour, la Chambre des Comptes et le Parlement du duché de Bretagne.[...] La guerre franco-bretonne reprend en 1487, François II se réfugie à Vannes, puis à Nantes. Vannes est alors cinq fois prise ou reprise par les troupes bretonnes ou françaises [...] En 1490, Vannes est une nouvelle fois prise par les soldats du roi, qui incendient les faubourgs du Mené et de Calmont.(3)

place Henri IV à VannesLa ville médiévale :
À la fin du Moyen Age, Vannes devient une des principales villes de Bretagne. Le duc Jean IV (1365-1399) décide d’y faire construire le château de l’Hermine et d’agrandir l’enceinte urbaine qui passe de cinq à dix hectares. La ville s’étend vers le quartier du port alors en pleine activité.

Vannes fleuron du duché de Bretagne :
À l'issue d'un conflit dynastique qui ravage la Bretagne dans la deuxième moitié du XIVe siècle, les ducs de la famille de Montfort choisissent Vannes comme lieu de résidence. Au XVe siècle, on y trouve la Chambre des Comptes et les États s'y réunissent régulièrement. En 1485, le duc François II crée à Vannes le premier parlement de Bretagne. Les séances se tiennent à Château Gaillard.

Le rattachement à la France :
En 1488, l'armée du duc François II est battue par les troupes françaises, à Saint-Aubin-du-Cormier, près de Rennes. Les mariages successifs de sa fille, la duchesse Anne, avec les rois de France Charles VIII puis Louis XII, ont tenté de mettre fin à l'indépendance de la Bretagne. Mais c'est à Vannes, en août 1532, que le roi François Ier rencontre les parlementaires bretons, pour décider d'un traité d'Union Perpétuelle, qui sera ratifié quelques mois plus tard au château de Plessis-Macé en Anjou.

La ville moderne :
Au XVIIe siècle, de nombreux couvents s’installent dans la périphérie immédiate de la cité. Entre 1675 et 1689, l’exil du parlement de Bretagne, obligé de quitter Rennes pour Vannes, donne l’impulsion à de nouvelles constructions, notamment dans la partie sud de la ville close. Un système d’adduction d’eau potable et l’aménagement de promenades plantées d’arbres contribuent à son embellissement.

le port de vannes vers 1900Au XVIIIe siècle, le problème majeur demeure l’envasement du port qui oblige la construction d’une écluse de chasse et l’aménagement de nouveaux quais. Le percement de la butte de Kérino, destiné à rectifier le chenal sur la rivière de Vannes, est commencé à la veille de la Révolution, mais ne sera achevé qu’au siècle suivant.(9)

Références :

(1) http://www.geobreizh.com/breizh/fra/villes-fiche.asp?insee_ville=56260
(2) http://www.bretagneweb.com/histoires/vannes-histoire.htm
(3) http://www.infobretagne.com/vannes.htm
(4) http://locker56740.free.fr/les_venetes.htm
(5) http://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_Vannes
(6) http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint-%C3%89milion
(7) http://www.1000questions.net/fr/Qui-sont/Saint_emilion.html
(8) http://www.infobretagne.com/vannes-historique.htm
(9) http://www.mairie-vannes.fr/vannesdecouverte/histoire-et-patrimoine/vannes-au-fil-de-lhistoire/

- En connaître plus sur le lieu dit Keridoret - En connaître plus sur la ville de Saint-Avé - En connaître plus sur la ville de Vannes -

Aujourd'hui, le 11/12/2017
1 visiteur connecté
Dernière mise à jour le : 1/12/2017